Comment améliorer le confort thermique chez soi ?

La loi transition énergétique pour la croissance verte publiée en 2015, vise entre autre à réduire la facture énergétique des ménages. La diminution de la dépense commence par l’utilisation d’appareils de chauffage efficaces. Mais, il est inutile de posséder une installation performante si l’isolation de l’habitation n’est pas à la hauteur. Dans l’idéal, l’étanchéité du logement doit être parfaite. Les murs, fenêtres,… constituent donc des points de fuites potentiels pour la chaleur. Passons en revue les éléments à vérifier, et les solutions existantes pour réduire les pertes énergétiques.

La toiture : un gouffre énergétique

L’isolation de la toiture est l’élément par lequel il faut commencer car elle représente 30% des fuites constatées. En combles perdus, l’espace n’étant pas exploitable, le dépôt de laine de roche sous la toiture, ou à même le plancher est la méthode la plus courante. En combles aménageables, l’isolant est posé sous les rampants sous forme de plaques, ou de rouleaux.

Le renouvellement de l’air intérieur

Le système de ventilation vient en deuxième position. Il est pourtant indispensable pour assurer le changement de l’air intérieur, et pour contrôler le taux d’humidité. L’activité humaine produit de la vapeur d’eau (les douches, la respiration…). L’air humide peut condenser sur les parois froides de la maison (pont thermique) cela entraîne l’apparition de moisissures. Le système de ventilation de type VMC simple flux, renouvelle l’air intérieur par aspiration de l’air froid extérieur. L’adoption d’une VMC double flux contourne le problème, en utilisant un circuit de circulation d’air fermé.

Les murs

L’utilisation de blocs monomurs permet de régler le problème au moment de la construction. En rénovation, l’isolation par l’extérieur doit faire partie intégrante du ravalement de la façade. Le bardage est une solution efficace, et esthétique. La projection d’enduits est plus coûteuse mais protège les murs des variations climatiques. L’isolation par l’intérieur est financièrement plus abordable mais demande de soigner la pose pour éviter les ponts thermiques.

Les portes et les fenêtres

Opter pour des fenêtres à double vitrage permet de réduire de 40% les pertes par rapport à un simple vitrage. Le changement des dormants réduit les ponts thermiques mais l’opération est techniquement plus compliquée, et entraîne un surcoût.

Calorifugeage : il n’y a pas de petites pertes

Dans le cas de l’utilisation d’un chauffage centralisé, les tuyaux remplis d’eau chaude passent à l’air libre dans des lieux non chauffés (caves, parking…). La perte de température peut atteindre 15°C. Pourtant, le calorifuge des tuyaux est simple à mettre en œuvre. Il consiste à envelopper les tuyaux d’un isolant sur les parties les plus exposées. Cette opération peut, dans certain cas, être entièrement subventionnée.

L’amélioration du confort thermique passe par une maîtrise de la chaleur à l’intérieur de l’habitation. Une bonne isolation est la garantie d’un bon départ pour contenir les déperditions. Chaque solution a un coût mais l’investissement vous assure de faire des économies à court terme, et pour longtemps.

 

L’évolution du design intérieur à travers l’âge

Si aujourd’hui la conception de la décoration d’intérieur se trouve à un tournant décisif de son histoire entre superpositions, rejets et recompositions de formes, de couleurs et d’objets, c’est sans doute parce qu’elle est fortement influencée par la société pluraliste dans laquelle nous évoluons. Elle est en quelque sorte le reflet de l’air du temps dans lequel on se place. On pourrait même quelque part se laisser tenter au jeu du devin en affirmant savoir ce que pense une personne à la façon dont elle conçoit son design intérieur. Mais alors, il nous vient la curiosité de savoir comment s’est déroulée l’histoire de la mode en design intérieur au fil des âges. Lançons donc un rapide coup d’œil dans le rétroviseur du temps.

De la fonctionnalité à l’ébauche de l’individualisme

Tout d’abord, l’époque prospère des années 1950 et 1960, qui va façonner le modernisme, apporte à la décoration un emploi plus prononcé de matières plastiques et de formica, une audace claire des couleurs aux pastels vifs ou aux tonalités saturées, et une once d’optimisme qui fait rêver, le tout dans un contexte d’industrialisation avec fabrications en série et obligation de fonctionnalité du mobilier. Si cette époque laisse apparaitre une certaine légèreté et une insouciance qui se traduisent dans un affinement et un arrondissement des lignes de meubles, le ludique n’a pas encore sa place dans les intérieurs.

C’est avec les années 1970 et la fameuse libération des mœurs que les formes molles et folles font leur apparition dans le design intérieur avec des couleurs lumineuses entre le jaune soleil, l’orange et le fameux vert « avocat ». On y aperçoit une recherche nouvelle d’authenticité avec l’entrée en jeu de l’écologie, l’expression de tonalités brunes et le succès de motifs indiens très vite rattrapé en fin de décennie par des couleurs fluo, saturées et agressives caractérisant une montée de l’individualisme. Le site Homeselect fait un très bon tour d’horizon du style des années 70 dans son article.

Le modernisme et l’art du design intérieur

Les années 1980 confirment la percée significative de la relation à l’argent entre golden boys et working girls. Cela se traduit en décoration par des formes rondes qui cessent la place à un style graphique très acéré et épuré aux teintes quasi primaires. L’urbanisme puise sa matière dans le style loft, le métal, le verre, et les lampadaires. Avec l’accélération des échanges et la consommation tout azimuts, les années 1990 portent le succès des meubles en kit standardisés, interchangeables et démontables. Le début de la mondialisation et l’ouverture de nouveaux horizons amènent les styles ethniques et les teintes chaudes à de nombreux intérieurs. D’un autre côté, le naturel retrouve peu à peu une place dans les designs avec le mouvement new-age.

Les années 2000 marquent une époque du repli sur soi, du développement de contact par écrans interposés. On assiste alors à une explosion de la décoration d’intérieur où on a d’un côté le « home sweet home » qui se veut être personnalisé avec plus de bling-bling entre argenté et doré, des contrastes entre noir, rouge et blanc, et de l’autre l’écologie qui s’affirme par l’utilisation du bois, de la pierre, de l’eau, du végétal et des teintes neutres et douces.

Alors que le design intérieur semble aujourd’hui replonger dans la nostalgie des années 50 et 60 avec des lignes qui s’éclaircissent, s’affinent et s’arrondissent pour des contrastes colorés plus doux, on note avec l’innovation, l’usage de matériaux de plus en plus écolos, esthétiques et performants. La personnalisation de la décoration d’intérieur s’invite elle aussi dans la mode entre récupération, vintage, ou style atelier, les idées sont déjà bien ancrées et résolument tournées vers une époque de recyclage à moindre coût laissant parler le côté créatif de l’individu (DIY pour Do It Yourself) comme cela est proposé sur de nombreux sites comme madecovintage.com.

Les détails à privilégier dans un projet d’aménagement de chambre

Mauvais sommeil, espace peu pratique, lit mal orienté… Une chambre mal agencée se ressent au quotidien. C’est pourtant un espace dans lequel nous passons du temps, il convient donc de l’aménager au mieux ! Pour cela, quelques erreurs sont à éviter. Voici quelques conseils avisés qui vous permettront d’y remédier.

Eviter de négliger la place du lit

Parfois décidée à la va-vite, la place du lit dans la chambre n’est pas toujours la plus adaptée à la vie de tous les jours et à un bon sommeil. Pourtant, une fois installé, cet élément central n’est pas simple à déplacer. De par son importance mais aussi par son environnement. Tables de chevet, commode, prises et interrupteurs… sont déterminés en fonction de la place du lit. La bonne astuce : Avant de valider l’aménagement de la chambre, pensez bien à la position du lit, de préférence loin de la porte et contre un mur.

Exclure de la chambre un coin bureau

Pratique pour s’isoler un peu, le bureau installé dans la chambre est chargé sur le plan psychologique. Papiers et factures, dossiers en cours, archives… créent un environnement néfaste au sommeil. Comme un rappel à nos petits tracas du quotidien, ils cassent cette bulle nécessaire à un bon repos. A moins d’avoir une grande chambre, où les deux espaces sont bien distincts, préférez l’installer dans une entrée, un couloir ou encore le séjour. La bonne astuce : Si le bureau n’a pas d’autre place que dans la chambre, essayez de le masquer ; par exemple, dans une bibliothèque ou une étagère un peu profonde. Le bureau peut aussi être transformable avec la possibilité d’être ouvert ou fermé, selon les moments de la journée.

Eviter le désordre

Mal organisée, la pièce prend vite des airs de boutique un jour de soldes alors qu’elle doit justement être la plus dépouillée possible. La bonne astuce : Notez votre scénario quotidien en vous posant les bonnes questions sur vos habitudes. Puis déterminez ce dont vous avez besoin pour une meilleure organisation : un portant pour les vêtements, un placard à chaussures, un beau panier à linge pour les affaires sales, etc. Les rangements prennent place dans la chambre ou la salle de bains ou le dressing, selon vos habitudes.

 

 

Trouver les bons accessoires pour décorer sa maison

La décoration intérieure nécessite réflexions. Face aux multiples techniques, accessoires, et outils de déco disponibles, il faut faire des choix et concilier pratique et esthéticisme. Par exemple, il est communément admis, que le recours à la décoration peinture avec une couleur sombre, dans une pièce bénéficiant d’aucune lumière naturelle, est peu recommandé. La décoration cuisine et la décoration salon doivent inspirer l’envie d’être dans ses deux pièces de vie, car elles sont incontournables quotidiennement.

Des accessoires et luminaires déco dans le salon

Les accessoires déco et le type d’éclairage sont à bichonner pour faire de la déco de son salon un espace agréable à vivre où se dégage une ambiance cocooning. Quel que soit le style déco du salon, coussins, plaids et éclairages indirects sont des éléments à privilégier dans le salon. Éclairez les niches, les toiles, les cadres photo avec des spots à la lumière concentrée, pensez aussi aux bandes LED à placer sur la corniche ou au plafond, aux luminaires à poser au sol  telles les boules lumineuses équipées d’un variateur de couleurs.

Les accessoires clés pour décorer la salle de bain

Dans une salle de bains, le choix des accessoires a son importance. Cette pièce a en effet pour particularité de devoir être à la fois esthétique et fonctionnelle. Les accessoires contribuent donc à apporter une touche décorative, tout en vous simplifiant la vie. Découvrez quelques conseils pour bien les choisir. Les salles de bains doivent souvent contenir de nombreux objets, malgré un espace restreint. Pour gagner de la place, n’hésitez pas à utiliser des accessoires ! Le rangement est la clé d’une pièce fonctionnelle. Pour organiser l’espace, misez sur des rangements à la fois esthétiques et astucieux. Pour un porte-serviette original, pourquoi ne pas installer une échelle ? Vous pourrez en plus y suspendre de petits paniers, à la fois pratiques et très tendance. Si votre pièce est trop petite, optez pour un porte-serviette à accrocher à la porte : vous gagnerez ainsi de la place. En règle générale, les rangements muraux sont parfaits pour optimiser l’espace et utiliser toute la surface des murs.

Aménager sa maison pour apporter plus de lumière

Vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, mais si dernièrement vous vous sentez fatigué, stressé, grincheux et de mauvaise humeur, c’est sans doute parce que vous manquez de lumière. Eh oui! Il est prouvé que nous sommes plus alertes, plus heureux et agissons de façon plus positive lorsque nous évoluons dans un environnement où la lumière afflue. C’est également vrai pour notre créativité ! La lumière naturelle est certes un must pour le moral. Ainsi, même dans vos pièces les plus sombres il existe toujours un moyen d’apporter de la luminosité. Que vous essayiez de faire entrer plus de lumière naturelle ou d’ajouter des touches déco qui illumineront votre pièce, les conseils et astuces suivants vous seront d’une grande utilité.

Ajouter des luminaires encastrables sur un plafond sombre

Si les plafonds de votre maison sont peints dans des couleurs mates, voire carrément sombres ou s’ils sont recouverts de lambris bois, pensez à rehausser le niveau de luminosité de celle-ci sans pour autant obstruer la vue, ajoutez-y des spots encastrables.

Miser sur des suspensions de cuisine double usage

Si seule une zone de votre cuisine bénéficie d’une bonne luminosité, pourquoi ne pas utiliser une suspension design pour attirer l’attention sur les zones plus sombres ? Choisissez une suspension vraiment originale ou surdimensionnée pour redonner vie au coin-repas, par exemple.

Trouver le bon équilibre entre le sombre et le clair

Quand il s’agit de votre chambre, la seule personne qui doit être satisfaite, c’est vous ! Trouvez toutefois un équilibre qui sera bon pour votre moral : si vous aimez les murs sombres, optez pour du linge de lit clair (écru, jaune pâle, blanc cassé). Utilisez des coussins dans diverses textures pour créer une ambiance plus riche et sophistiquée et faire de votre chambre un lieu de relaxation où vous aimerez vous retrouver.

Choisir des bonnes couleurs de peintures

S’il y a une pièce dont vous ne pouvez plus souffrir la couleur et que vous souhaitez repeindre, ne vous obstinez pas à choisir des tons clairs si c’est le sombre que vous aimez. Les tons sobres apportent de la personnalité à une pièce. Toutefois, assurez-vous que vous faites un usage optimal des ouvertures qui laissent entrer la lumière naturelle. Plus il y a de fenêtres et de portes, plus vos murs peuvent être sombres.